dimanche 23 octobre 2016

Par les nuages

























Je cherchais ce chemin, cette voie ouverte du ciel vers la mer. 
Il suffisait de suivre les oiseaux.


samedi 22 octobre 2016

mardi 26 juillet 2016

Ed Ruscha Books & Co

















I'll be back!
Mon "Twentysix (other) Gasoline Stations" s'installe à Los Angeles jusqu'en septembre. 
Et en quelle compagnie!

Exposition Ed Ruscha Books & Co du 28 juillet au 9 septembre 2016 
Gagosian Gallery, 
456 North Camden Drive















samedi 23 avril 2016

Purple tears





"I only want to see you laughing in the purple rain."
Purple tears
R.I.P. Prince



mardi 19 avril 2016

lundi 11 avril 2016

Toys "R" Us



































 "Toys R Us". Série, sept Aquarelles : 20x20




lundi 25 janvier 2016

Memento mori

          Depuis le début d’année, la rubrique nécrologique occupe la une de l’actualité.
C’est pratique : la mort de quelqu’un force le consensus. On ne la discute pas. On sort les mouchoirs. On diffuse des rétrospectives. On programme des grand-messes commémoratives. (parfois pour célébrer quelqu’un qu’on avait oublié pendant des lustres dans d’obscurs placards où il fanait dans la dépression : samedi soir, France2, Michel Drucker).
Ça a commencé par les Michel (Delpech et Galabru). Chacun s’est dit affligé mais il y avait chez tous ceux qui ne s’appelaient pas Michel, une sorte de soulagement : Ils se disaient qu’ils n’étaient pas sur la liste ; et puis ça a continué: Chaque matin on a appris la mort d’une autre personnalité, et pas que des Michel (Tournier), il y a eu un David (Bowie), un Glenn (Frey des Eagles) , un René (Monsieur Céline Dion), une Edmonde (mais bon, qui lisait ses romans ?) , et j’en passe si je n’en trépasse…
          Et là, au lieu de continuer à parler du temps qu’il fait, les gens qu’on a croisé se sont mis à dire : « Tu te rends compte ! En ce moment c’est l’hécatombe ! T’as vu ça ! Tous les jours il y a quelqu’un qui meurt !! »
Voilà, ce début de janvier a réussi à nous surprendre par une évidence que nous devrions pourtant nous employer à ne pas oublier : chaque jour, chaque heure, chaque minute et chaque seconde, il y a quelqu’un, quelque part… qui meurt.
Moi qui espérais voir un jour les Eagles ou David Bowie en Live, je n’ai même pas besoin de me précipiter pour prendre un ticket, j’ai de toute façon ma place réservée pour le Grand Concert…